La valeur du journaliste en question

mardi, décembre 01, 2009 Posté par Eric Tenin

Je sais que je ne suis pas très productif sur ce blog en ce moment vu que je croule sous le boulot et que j'ai un peu de mal à tout faire - mais ça va revenir ! - mais je voudrais tout de même vous faire partager une petite chronique que Over-Blog m'a sympathiquement demandé d'écrire à propos de la profession de journaliste et ce qu'elle est en train de devenir. Vous pouvez la retrouver sur Over-Blog ou ci-dessous :


Bonjour, je m'appelle Eric Tenin, je suis journaliste depuis un peu plus de 20 ans et je suis en train de vivre ce que le poinçonneur des Lilas a dû ressentir quand il a vu arriver les tourniquets automatiques dans le métro...

Oh bien sûr, au début il n'a pas crû qu'on allait pouvoir se passer de lui ; pensez-donc des trous aussi beaux que les siens, ce n'était pas demain la veille qu'une machine allait pouvoir rivaliser... Et puis lui, il connaissait toutes les correspondances par coeur, il avait toujours un petit mot sympa pour les "poinçonnés", il était là en cas de problème sur le quai, bref, il faisait parti du PMP, le Paysage métropolitain parisien...et les voyageurs l'aimaient bien. Même si aucun n'a vraiment ressenti de manque lorsqu'il a disparu...

Pour nous les journaleux c'est un peu pareil. Nous, nous pensons que nous n'avons pas notre pareil pour rechercher la Vérité - avec un grand "V" - dénoncer l'injustice, traquer le politicien véreux, arracher l'interview qui va changer le monde... Et parfois nous y parvenons. Seulement voilà, depuis un certain Internet et son cortège d'avancées technologiques telles les plate-formes de blog, les lecteurs de flux RSS, les outils de microblogging en temps réel et autres agrégateurs de news, nous ne sommes plus les seuls... Nous devons affronter la concurrence de millions de producteurs d'info à travers le monde.

Et vous savez ce qu'il se passe en économie de marché, lorsque l'offre devient pléthorique ? Les prix baissent... Et dans le cas présent, ils baissent même tellement que, pour celui qui la consomme, le prix de l'info est aujourd'hui proche de zéro. Du coup, les budgets des rédactions et les salaires de ceux qui la produisent suivent, c'est à dire qu'ils tendent aussi vers zéro. Il y a bien des tentatives de renverser la vapeur, de repasser au "modèle payant" (bonjour monsieur Murdoch!), de récupérer la valeur ajoutée là où elle s'est carapatée, voire de créer un Hadopi de l'info, mais il faut se rendre à l'évidence ; on ne reviendra pas en arrière, du simple fait que les journalistes ont perdu au moins la moitié des rôles qui faisaient leur plus-value :

- Leur rôle de "sourceur". On n'a beaucoup moins besoin des journalistes pour aller chercher l'info puisqu'elle arrive en permanence - en direct -  via de nombreuses sources (Twitter, Netvibes, lecteurs RSS...)

- Leur rôle de "metteur en perspective". Plus besoin de journaliste pour transformer les faits en information, désormais ce sont les lecteurs qui s'en chargent dans les commentaires, avec souvent - mais pas toujours quand même (!) - beaucoup plus de valeur ajoutée que ne pourrait en apporter un journaliste.

- Leur rôle d'agrégateur et de "hiérarchiseur". Auparavant on comptait beaucoup sur les journalistes pour sélectionner l'info importante, l'organiser... A présent nous avons été remplacé par des machines : Google News, Netvibes, Newsgator, etc. sont autant de moyen d'organiser sa propre info très simplement et automatiquement. Moi-même chaque matin, j'ai comme premier réflexe d'aller sur... Google news !

Mais alors que reste-t-il aux journalistes, sont-ils condamnés à disparaître ? Je ne pense pas, car il leur reste encore quelques rôles que le Net n'a pas encore été capable de mettre à mal. Voici les 3 principaux à mon avis :

- Un rôle de "metteur en scène". Trouver une accroche, rédiger un texte qui invite à lire, prendre soin d'apporter une info à chaque phrase, bref construire un papier... On ne trouve pas ça sur Twitter et on le trouve rarement sur les blogs. Pourquoi ? Parce que ça réclame du métier, un certain talent et... du temps.

- Un rôle de "fouineur" ! Toutes les infos n'arrivent quand même pas par Twitter and co. Prenez le Canard Enchaîné par exemple, aucune - ou très peu - des infos qu'il diffuse chaque semaine ont déjà circulé sur la Toile avant. Il reste donc une info à forte valeur ajoutée, même si peu à peu elle est noyée dans la masse.

- Un rôle d'enquêteur.  Seuls des gens payés pour passer du temps à récolter l'info et à la classer sont capables de sortir "le prix de l'immobilier à Paris", "Les 100 boîtes qui vont embaucher en 2010", "Les 10 meilleurs restaus de la côte"etc.

Sera-ce suffisant pour faire remonter la valeur de l'info ? Impossible à dire. Je serais curieux de connaître votre sentiment...
  • Digg
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Yahoo! Buzz
  • Technorati
  • Facebook
  • TwitThis
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google
  • Reddit
  • Sphinn
  • Propeller
  • Slashdot
  • Netvibes

42 comments:

  1. pierlouim a dit…

    J’ai lu avec intérêt votre article sur le changement de métier de journaliste et la concurrence des blogs et sites Web pour l’Information ;

    Ancien Employé de banque à la retraite je tiens depuis quelques temps un blog sur l’histoire et la vie locale de Dreux.
    J’ai des contacts avec tous les organismes « culturels » drouais : mairie, archives, les musées etc. pour alimenter les notes du blog
    ….
    Mais je suis aussi en relation avec les journalistes des journaux locaux : la REP’ (République du Centre,) l’Echos Républicain et l’Action Républicaine. Quand ils ont besoin d’infos «historiques locales» ou autre ils font appel à mes souvenirs et documents et citent dans ce cas mes notes du blog. Je rebondis aussi sur certains de leurs articles dans mon blog. Je tiens une chronique historique dans un « gratuit » Le Drouais Magazine tous les quinze jours.
    C’est vrai qu’en amateur, je fais un peu ce que vous décrivez dans votre article (sourceur, hiérarchiseur, fouineur, enquêteur…)
    J’en ai beaucoup discuté avec les journalistes. Ce que je fais dans blog n’a rien à voir avec leur job. Au mieux je suis complémentaire. (Je peux éditer des notes bien après l’événement, mettre de nombreuses photos et de petites vidéos et aussi écrire des souvenirs strictement personnels ce qui serait impossible dans leurs colonnes). Il faut dire que dans mon blog je ne touche ni à la politique ni aux articles de fonds ni aux faits divers. Les journalistes locaux le font beaucoup mieux que moi.
    Ceci dit je regrette que les journaux en question n’aient pas de sites Web dignes de ce nom comme ceux du «Monde » ou de l’Express » avec pourquoi pas des abonnements payants. Mais c’est un autre problème…
    C’est vrai que nous sommes sur le net noyés par trop d’infos. Je relève souvent dans ces propos de l’à peu prés et de grossières erreurs que l’on ne retrouvent pas dans les articles de « vrais » journalistes.
    D’ailleurs en tant que journaliste de métier vous avez bien éprouvé le besoin de tenir un blog personnel. C’est déjà une réponse à vos angoisses.
    Je vais d’ailleurs prendre le temps de lire votre blog.
    Je pense que le métier de journaliste aura toujours sa place, même si mes amis journalistes sont inquiets quant’à leur avenir professionnel(il s’agit surtout de problèmes de restructuration de la presse locale).
    Voilà je voulais réagir à votre article sommes toutes assez pessimiste sur votre metier.
    Pierlouim
    http://dreux-par-pierlouim.Over-blog.com/

  2. Bernard Moutin a dit…

    On vit dans un monde où l'on croule sous une info pléthorique.
    La valeur ajoutée est forcément plutôt dans sa sélection et son traitement.

  3. Anonyme a dit…

    En toute franchise je suis prêt à payer très cher pour obtenir des informations de qualité, cependant il faut reconnaitre que depuis plusieurs années lorsque je paie pour un média je me retrouve avec:

    1:vingt cinq pages de sport/people qui ne sont pas pour moi des actualités.

    2:trois tonnes de pub.

    3:Des informations extrêmement partiales, ne citant pas ou peu leurs sources. Dans l'absolu je préfèrerai m'abonner à France presse pour avoir une information objective et factuelle.

    4: Les analyses faites par les journalistes sont trop souvent superficielles et manquent de recul. Dans l'espoir de faire du sensationnel et d'étayer leur propos les journalistes ont réellement tendance à sortir les paroles de leur contexte C.F. le discours de jean paul II sur le préservatif (et je ne suis même pas baptisé je précise!!!) ou encore, plus récemment la célèbre phrase "le problème c'est quand il y en a trop" complêtement sorti de son contexte.

    En voulant booster leurs ventes à tout prix les journalistes ont perdu toute crédibilité à mes yeux.
    Internet constitue donc un complément indispensable aux autre médias. Étant payante, la presse écrite se retrouve bien mal placée et ceci sans parler de l'inconvénient d'un support matériel complètement dépassé (à mes yeux).
    Je ne cherche pas à vous attaquer personnellement (je ne vous connais pas) mais l'information est spécialement maltraitée en France. Je travaille régulièrement à l'étranger et m'étonne que les actualités des autres continents sont quasi inconnues du public Français car la presse Française passe son temps à répéter les coups médiatiques des politiques Français qui sont très rarement des discours/actions essentiells.
    Je fais partie de la génération née dans les années 80, et beaucoup de mes amis pensent comme moi (pas tous heureusement). Le seul journal qui cite ses sources et m'apparait sérieux est le courrier international car en citant ses sources, il permet une analyse de la fiabilité de l'information ce que la presse française permet trop rarement.

    Sincères salutations.
    Emmanuel.

  4. Véronique D a dit…

    Il ne faut pas être si pessimiste! En tout cas, bravo pour vos articles en ligne, je les ai parcourus rapidement...

  5. Anonyme a dit…

    milles excuses je me suis un peu emporté après une première lecture rapide de l'article. Votre article montre que vous êtes conscient de la situation. effectivement le support papier est dépassé pour la presse.
    Emmanuel.

  6. France a dit…

    Bravo pour votre article et témoignage Eric !
    Je le relaie dans mon blog demain
    www.fondation-communication.com

    Amicalement,
    France

  7. Gaëlle a dit…

    Chronique très intéressante !

    Je suis moi-même journaliste mais je reconnais que certains blogs m'impressionnent par la qualité de leurs informations, la pertinence de leurs analyses, en un mot leur expertise.
    Personnellement, je continue à lire la presse mais parmi mes sources de veille, certains blogs sont également en très bonne position !

    Je pense comme vous que les journalistes pourront continuer à faire la différence par leur rigueur, leur neutralité (ou tout du moins la recherche de la neutralité), la mise en perspective, leurs enquêtes fouillées, leur curiosité, et bien sûr, si possible, leur talent d'écriture !

  8. Anonyme a dit…

    SUPER ! enfin pas de langue de bois de la part d'un pro...
    Je regrette simplement que vous soyez spécialisé dans l'entreprise et le produit : j'aurais tellement aimé trouver " politique " ... car j'ai eu quelquefois des soucis avec vos confrères locaux !
    Je mets moi aussi votre blog en lien dans le mien et me suis inscrit à votre lettre : comme la presse locale consulte mon blog, ils auront eux aussi ce plaisir pour le plus grand bien de tout le monde. J'espère.
    Le grizzly

  9. Anonyme a dit…

    le problème du journaliste c'est que le rôle de fouineur et d'enquétteur sont souvent délaissé au profit des autres rôle.

    Comment expliquer vous que le Honduras où il y a un coup d'état, prennent si peu de place dans les actus, alors que c'est le centre des tensions entre les USA et le reste de l'amérique latine ?; deux modèles qui s'affrontent .

    Pourquoi parle-t-on encore et toujours de l'Iran, quelles sont les preuves des fraudes ? qui donne à un peuple de langue persanne, des pancartes écrites en anglais "where is my vote?" visiblement plus destinées aux journalistes étranger qu'à leur propre gouvernement ? (en clair qui fait le plan média ? Kouchner ou Clinton ?)

    En bref, un bon journaliste doit donner tous les faits importants, et ne pas se limiter à ce qui va faire le Buzz , comme l'islamophobie anti-iranienne, sinon, cela n'est plus du journalisme mais du marketing.

  10. Anonyme a dit…

    tu donnes la réponse toi meme à la fin de ton article: Je n'achete plus, ou bcp moins, la presse car les 10 restos branchouilles (pour qui?) les boites qui embauchent (tu parles) et les prix de l'immobilier j'en ai rien à faire...
    J'ai trop souffert aussi de la connivence dans certains papiers.
    Sur les blogs, on est au coeur des préocupations.
    Changez d'optique et on y reviendra.
    Je donnerai pas un rond à Murdoch, sois en sur!
    Trollquirigole

  11. Anonyme a dit…

    Je partage globalement l'avis d'Emmanuel, ainsi que celui de l'anonyme du 2/12/09 18:52 ;-) Pour ma part, submergé d'infos comme tout le monde aujourd'hui (j'achète la "PQR" tous les jours), j'attends du journaliste qu'il livre une info vérifiée, pesée, digérée, quitte à être moins réactif mais plus fiable. Je pense que bientôt on assistera à une décélération de la vitesse de transmission de l'info, au profit d'une amélioration de sa qualité. Enfin je l'espère !
    Christophe

  12. fabienne a dit…

    Moi, simple webmaster de deux blogs, et de deux sites familiaux, j'avoue humblement ne pas arriver à votre cheville question 'articles'...donc votre jour est encore pour demain !!
    Vous avez su saisir le lien vers demain, alors gardez-le précieusement, tout en gardant vos liens vers le passé : c'est la meilleure recette pour perdurer, je pense.
    Amicalement,
    pictoneo.over-blog.com

  13. Anonyme a dit…

    J'espère sincèrement que les journalistes de métier ne vont pas disparaître.
    Je laisse tomber souvent le web et achète un bon vieux journal que je peux lire devant un bon café.
    Je lis mieux un support papier
    Sur le net, on zappe si vite!
    On se bouffe les yeux
    On est tout seul
    J'ai toujours plus confiance pour la véracité des infos dans les vrais journalistes, mais je suis peut-être une espèce en voie de disparition!
    Si les infos devenaient payantes sur internet, je n'irai plus du tout les consulter, petites finances obligent.
    Quand j'ai lu mon journal en entier, il me sert encore, allumer mon feu, fond de litière du chat, hem! mais j'ai tout lu!
    Bon courage!
    Il y a déjà les photographes qui ferment!
    Les librairies, ce serait dommage!

    Il y a les journalistes de terrain aussi, irremplaçables à mon avis.
    bubulle

  14. Emmanuel a dit…

    Excellente analyse. Quel dommage que l'ensemble des journalistes - et des éditeurs - ne se posent pas tous les mêmes questions. Du coup, pour sauver l'audience de leurs supports (qu'ils soient écrits ou télévisuels) il choisissent trop souvent de tomber dans le sordide, le "trash" ou le "people", voire même le conso-mag. Cette attitude, souvent servile vis-à-vis des marques ou du pouvoir contribue à décrédibiliser le travail des journalistes et c'est là que s'enclenche le cercle vicieux. Le public se détourne des médias et se réfugie sur le web, pensant que c'est là que l'information est la plus complète ou en tout cas objective. Ce qui est un leurre, bien entendu, car un bon blogueur amateur, même sincère, ne remplacera jamais un vrai journaliste, professionnel, qui fait son métier de la façon que vous le décrivez.
    PS : vous remarquez que j'épargne la radio, car certaines stations, comme France Inter, fournissent encore un travail éditorial et journalistique d'une qualité remarquable…

  15. Majida a dit…

    Bien dit.

  16. David Space a dit…

    J'envisageai de suivre une formation au CFPJ, il y a quelques années. J'avais pourtant obtenu 70% du financement mais à l'époque je ne possédais pas les 30% manquants. Le blog me permet "d'être publié" malgré tout, mais il ne remplacera pas le méritant métier que vous exercez. ET puis je pense que c'est effectivement un travail très difficile pour une multitudes de raisons. Toutefois je vous souhaite de pouvoir le vivre aussi longtemps que possible. Rien ne se perd, tout se transforme...

  17. Ikimashoo a dit…

    Edito trés intéressant. Et je me range derriere l'avis de la plupart des commentaires : Le travail du journaliste est absolument nécessaire dans son rôle d'investigateur et de "vérificateur", parmi la multitude d'infos qui nous arrivent de partout.

  18. Julie a dit…
    Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
  19. Julie a dit…

    J'ai fait des études pour devenir journaliste : science po puis master de journalisme. Aujourd'hui, je suis loin de tout ca. Peur de la précarité du pigiste et pas assez de réseau pour arriver à travailler. Je suis rédactrice multimédia et blogueuse régulière. Mon blog ne me rapporte rien. C'est juste un outil pour m'exercer à l'écriture. Articles sur le cinéma, la gastronomie, le theatre mais aussi des nouvelles : http://freudreuse.over-blog.com
    Les commentaires refletent des valeurs. Mais la réalité me semble autre. Une réalité commerciale où le journaliste n'est qu'une charge sociale. Regardez ce qui se passe dans la rédaction du Parisien. L'horizon me semble sombre... Et pourtant j'ai toujours autant envie d'être journaliste.

  20. l'avis du psy a dit…

    Le journalisme c'est indispensable... évidemment ! Ce qui fragilise la presse papier c'est peut-être son manque de recul face à l'info "brute" (news internet) et son manque d'indépendance. Je veux bien payer tous les journaux et magazines sur n'importe quel support, à condition que ce ne soient pas simplement des compilations de dépêches d'agence (je peux le faire moi-même...) ni des résumés de l'opinion des actionnaires (ou des principaux annonceurs) du journal. Les boîtes de presse se tirent une balle dans le pied en négligeant ça et en vendant ce qui est parfois une soupe bien claire... c'est dommage (pour tout le monde) parce qu'aujourd'hui la concurrence existe, et qu'elle est gratuite ! Dans combien de journaux ou mags les côtés "fouineur et enquêteur" sont-ils encore mis en valeur ?
    Gardez courage et confiance en votre profession, elle survivra si vous en préservez la qualité !

    BG

  21. Revenge a dit…

    Bonjour, j'ai lu ce petit édito, et survolé les commentaires, bon.
    Je dois dire que je suis assez d'accord sur plusieurs points avec les critiques de la presse qui est souvent matraquée et à sensation, people et gavées d'info d'un chauvinisme profond et relativement insignifiante face à tout ce qui se passe dans le monde... et dont on entend pas parler. que ce soit sur internet dans les blogs, sur twitter, et dans la presse classique française. je ne suis pas un très grand lecteur de presse, mais je sais que la grande majorités des journaux français sont axés sur la France et ces petits problèmes. Et ceux qui sont axés sur le monde sont généralement trop... étriqué d'esprit.

    Lisant maintenant quotidiennement Courrier International (quoi, je fais de la pub ? un peu) je peux sentir la différence entre cette Info pléthorique et l'information véritable. comment traiter d'un sujet important et qui implique les Hommes à une échelle internationale avec seulement le point de vue d'un seul journal d'un seul pays ? lisant aussi le Time, je trouve que, comme Le Monde, il n'y a toujours qu'une orientation aux dossiers proposés. ce n'est à mon avis pas de l'information. on pourrait plutôt parler de volonté d'influencer le lecteur.

    bref, toujours est-il que je cherche dans la presse une info que je ne peux justement trouver en allumant la télévision ou en allant sur Internet, qui est un très bon vecteur de transmission du savoir, mais un mauvais informateur, car il y a tout et sont contraire, en ce qui concerne l'actualité.

    ce blog est en tout cas très sympathique !
    Y.

  22. Pierre a dit…

    Cherche désespérément un journaliste dans la Presse locale qui "fouine".

    La Presse nationale a quelques "vrais" journaux.

    Combien ?

  23. 6p00d8341e4f2153ef a dit…

    Quel bonheur de lire un journaliste aussi clairvoyant ;-)

  24. LA MACHINE A ECRIRE a dit…

    Je suis également journaliste pour une collectivité locale, et je suis entièrement d'accord avec ton analyse. Mais il y aura toujours de la place pour le journaliste, dès lors qu'il "produira" de l'information. Le problème sera où, sur quel support ? Qui, quelle entreprise, aura suffisamment de moyens pour payer des reportages ?

    Mais pour les journalistes qui font en rélaité de la communication, je ne suis pas inquiét pour eux, il y aura toujours du boulot, peut-être qu'à terme le métier changera de nom, ils sont davantage rédacteur que journaliste.

    Sinon, petit question sans aucun rapport avec le "schmilblick", tu es hébergé chez over-blog et ton template (thème) est un thème pour Wordpress au départ, comment as-tu procédé pour l'adapter à O-B ?

    Merci

  25. Juju a dit…

    Et bé, moi qui croyais que journaliste, c'était le rêve de beaucoup..
    Je me souviens de mon fils ainé, très doué pour écrire, qui voulait s'inscrire dans une des meilleures écoles de journalisme parisienne..
    Trop cher pour les petits revenus de papa et trop cher pour l'étudiant boursier..
    Il a finalement trouvé sa voie en tant que chargé de mission dans une collectivité où il ne s'éclate pas forcément, mais où il gagne correctement sa vie.

    Je rêvais moi-aussi de devenir journaliste ou chroniqueuse...Mais, étant une cancresse (ça se dit ?) et brimée par des profs qui ne regardaient que mes résultats scolaires, j'ai glandé toute ma vie dans de sales boulots, le meilleur étant de classer des livres dans une bibliothèque municipale..

    Je "m'éclate" maintenant sur mon, mes blogs, en ouvrant un, en fermant 2...Une façon de me prendre pour une "écrivaine" du dimanche, comme beaucoup..Trop vieille pour faire plus...J'ai lu que passé 50 balais, on a autant de chance d'être publié que de combler le trou de la sécu..

    Une chose que je reproche aux journalistes (par exemple mon quotidien la Montagne), c'est de faire beaucoup de fautes..Je sais bien qu'ils n'ont pas le temps de se relire, pressés par la mise en presse..

    J'ai, par contre, une grande admiration pour les anciens journalistes, ceux qui ont commencé sur le tas, tel un de mes cousins qui a trimé et a grimpé tous les échelons et a fini par devenir rédacteur en chef..De quel journal ? Quelle importance, puisqu'il est en retraite maintenant !..C'était un journaliste passionné par son métier.

    Je suppose que vous l'êtes tout autant..Mais, avez-vous encore la foi ?

    J'achète tous les jours La Montagne...que je lis 8 jours après que le mort soit enterré...Maintenant, on y lit surtout les derniers commérages : le dernier resto qui vient de s'ouvrir, la fuite d'eau du toit de la boulangerie, la voisine qui a perdu sa chatte, le chevrier dont on tue les chèvres - regardez comment au départ, un simple fait divers peut devenir par la suite une affaire d'Etat..Votre métier peut avoir des aspects passionnants..

    Messieurs les journalistes, continuez à fouiner intelligemment, en respectant les citoyens..et il y aura toujours du boulot pour vous..Un blogueur, ça ne rêve que sur son blog, un blogueur, ça ne va pas sur le terrain, sauf pour prendre des photos d'un bel arc-en-ciel..Vous, vous allez au coeur de l'action..

    Continue journaliste à rouler ta bille..

  26. juju a dit…

    Ah, dernière chose !..Je viens de lire votre en-tête..
    Quelqu'un vous demande : comment faire pour paraître dans un article ?
    Je me marre..
    Je répondrai à cette personne :
    - soit devenir convoyeur de fond et détourner le fourgon, soit découper sa belle-mère et envoyer la tête à Chichi pour qu'il en fasse de la tête de veau.

  27. Breton en colère a dit…

    Article interessant.
    Je ne crois pas à la disparition de la presse écrite nationale à condition qu'elle se reconcentre sur son travail.
    Un travail d'analyses, d'explications argumentées et vérifiées. J'accepterai de payer une cotisation si derrière il y avait un vrai travail de journalistes professionnels.
    Je trouve que le niveau d'information de la presse est devenu très mauvais, quant-à son indépendance ? ...
    En ce qui concerne la presse locale, n'en parlons pas c'est catastrophique, des articles sans intérets !
    Certains journalistes locaux parlent toujours avec complaisance de leur amis. Ils sont achetés (sans doute par un bon restaurant gratuit, une bonne bouteille, ou un séjour offert en thalasso juste avant de pondre un papier forcément enjolivant pour le groupe de notables de sa région ). Je pense que cette presse va disparaitre et finalement c'est pas un mal puisqu'elle n'est pas sincère.

  28. Anonyme a dit…

    Bonjour,

    J' ai énormément apprécié votre article et justement, je travaille sur un projet professionnel concernant le journalisme .
    J' aurais aimé que vous m' indiquiez si je peux intégrer votre témoignage dans mon exposé , tout en vous citant , bien sur !

    Merci

  29. Eric Tenin a dit…

    @Anonyme. Bien sûr. D'ailleurs, même si j'étais contre, rien ne pourrait vous empêcher de la faire !
    Bon exposé.

  30. Anonyme a dit…

    bonjour M. Tenin,
    en fin d'introduction du "pourquoi de votre blog" vous inscrivez à titre d'objectif que votre blog peut permettre à tout à chacun d'augmenter sa visibilité médiatique et de devenir "la coqueluche des journalistes". Autant je trouve tous vos conseils très intéressants pour le néophyte que je suis par contre je ne vois pas en quoi il répond à l'objectif annoncé. Me situant dans cette position de recherche de médiatisation à titre personnel dans le cadre de ma carrière (cadre dirigeant d'entreprise) réalisez vous vous-même ce type de prestation d'accompagnement? sinon pourriez-vous me conseiller un attaché de presse spécialisé dans l'image personnelle (et non celle de l'entreprise ou du lancement de produit)
    par avance merci
    un autre Eric

  31. philippe a dit…

    Ok pour dire qu'il y a une crise de la presse et du journaliste. Mais pas Ok sur vos arguments.
    - Le journaliste aurait perdu son rôle de sourceur ? L'info qui arrive par les multiples sources que vous citez n'est pas toujours fiable. Les sites d'infos qui marchent le mieux sont les sites de journaux papier (Le Monde, Le Fig, Libé) ou alors les sites qui emploient des journalistes qui viennent de la vieille presse (rue 89). Preuve que le lecteur a besoin de savoir qui produit l'info.

    - Le journaliste n'aurait plus un rôle de "metteur en perspective" ? Ok pour reconnaître la valeur ajoutée des commentaires, mais ce n'est quand même pas là qu'on trouve une info fiable. C'est juste complémentaire, le journaliste n'est plus le seul à produire de l'info, c'est la différence. Le commentaire peut rajouter, rectifier, éclairer, ouvrir une nouvelle piste... c'est une richesse !

    - Le journaliste aurait perdu son rôle d'agrégateur et de "hiérarchiseur" ? Vous citez Google News, qui compile des articles de journalistes. Pas de journalistes, pas de Google News. La hiérarchie de Google News n'a rien à voir avec des critères d'information.
    Et quand vous parlez des enquêtes ("le prix de l'immobilier à Paris", "Les 100 boîtes qui vont embaucher en 2010", "Les 10 meilleurs restaus de la côte"), je suis assez dubitatif. L'enquête, c'est Libé qui sort des infos sur l'attentat au Pakistan, c'est le Nouvel Obs qui fait un dossier sur la politique d'immigration en France, Télérama qui travaille sur l'auto-censure sur les chaînes de télé. Les 10 meilleurs restos, ça ressemble souvent plus à du publireportage qu'à de l'enquête.

    -- Pour tout vous dire, je suis journaliste. Je suis même là par un lien trouvé chez le Grizzly, qui a toujours des mots "aimables" pour la presse locale. Je trouve les commentaires assez nuancés et plutôt encourageants même. Je suis d'accord avec pas mal de réflexions, les journaux sont loin d'être parfaits dans leur contenu et les journalistes ne sont pas irréprochables. Mais les lecteurs ne sont pas parfaits non plus : dans les sondages, les Français disent souvent qu'ils adorent Arte... mais ils regardent tous TF1. Dans les journaux, c'est pareil : un accident de la route, un incendie, les ventes grimpent. Une enquête de deux pages sur les précaires ou l'immigration, ça fait souvent flop.
    - S'il y a un problème, il est économique : internet, c'est gratuit. Et ça pose un problème pour financer des entreprises de presse. C'est pas plus compliqué. Si internet pouvait remplacer économiquement un journal papier, tous les journaux auraient fait ce choix à 100 %
    Et puis on voudrait nous faire croire que l'on est libre et plus proche de la vérité quand on écrit sur un blog, pas dans un journal. C'est n'importe quoi.
    En Frence, es journalistes n'ont jamais été aussi indépendants du pouvoir politique, qu'il soit national ou local.
    J'ai été un peu long, désolé.
    Philippe

  32. mohamed a dit…

    Pour moi,le journaliste reste encore trop arrogant.

  33. leslie a dit…

    Le journaliste et le blogueur sont très différent à mon sens, les blogueurs donnent des infos en direct, ils ont des réseaux qui les informent souvent des personnes présentes lors d'événements et du coup c'est fait en temps réel, on retrouvera éventuellement ces infos dans les médias traditionnels, quelques heures ou le plus souvent quelques jours après, mais le principal probléme et différence c'est que le blogueur peut donner toute l'info parce qu'il a la liberté d'aborder tous les sujets et quand on réussi à trouver ces infos dans les grands médias alors là le décalage est énorme....Il semblerait que la presse soit muselée et du coup participe à la manipulation gouvernementale, journalistes faites votre vrai travail! ce pour quoi vous avez choisi ce métier et là vous retrouverez votre crédibilité et oui le net sur ce créneau est un concurrent très sévère parce que notre but à nous blogueurs c'est d'être impartial et de soulever de vraies questions de société alors évidement n'étant pas journalistes nous le faisons à notre manière mais nous informons!!!!!

  34. Anonyme a dit…

    c'est si dure que celà pour contacter un journaliste même si linfo est bonne je fais de la voyance et sa n'intéresse personne même si je ne me trompe que trés rarement pour me lire allez sur twiter
    salutation

  35. Anonyme a dit…

    Les journalistes en général ne font jamais état de la corruption qui règne au sein de l'institution judiciaire Française...Des centaines de justiciables victimes de pratiques que cautionnent nos responsables politiques. Des professionnels du droit, qui en association, en bande organisée, vont jusqu'à conduire des justiciables à la ruine aux fins de s'auto protéger...
    Lettre ouverte à Monsieur Nicolas SARKOZY... Lien BLOG: combatcontreinjustice.over-blog.com
    Arrivez-vous, Monsieur SARKOZY, à être en sérénité avec votre conscience ,
    lorsque vous vous regardez dans votre miroir, le matin en vous rasant? Alors que vous savez, la situation catastrophique dans laquelle se retrouvent des centaines de justiciables à travers votre pays…..

  36. Paul andré Pierron a dit…

    C'est la triste réalité, être journaliste de nos jours est réellement un parcours du combattant, pour ma part je laisse tomber, les journaux faisant appel "aux témoignages" récoltant ainsi toutes sortes d'informations et images gratuitement, le quidam se sentant ainsi important dans la diffusion de faits divers et variés (avec des sources parfois plus que douteuses ...). J'ai d'ailleurs rédigé un article expliquant et dénonçant ce phénomène, et y ai aussi cité "tweeter" comme pouvant servir d'outil de travail. Photojournaliste comment peux tu encore te battre face à l'iphonographe ? J'ai dans mes relations un grand photoreporter de guerre qui arrivé à la cinquantaine est catastrophé par la tournure que prends cette profession, et est en pleine reconversion pour un domaine plus créatif, mais même là il est affligé par la multitude d'artistes en tout genre, bon et mauvais.
    Bref le tout numérique et la 3G sont la petite mort de la profession, le rêve d'être un Tintin moderne ne restera qu'un doux espoir.

  37. Anonyme a dit…

    une question svp ou en est le tibet vp parce qu'on en entend plus parler ? les chinois serait t'il partis ?

  38. Anonyme a dit…

    journaliste d’état ?

  39. Anonyme a dit…

    personne ? hahahahaah tu m’étonnes..... liberté d'expression OUI, mais pas trop !!!!

  40. Anonyme a dit…

    http://www.pour-la-savoie.com/wp-content/uploads/2012/10/2012.10.24-La-nouvelle-republique.pdf

  41. Anonyme a dit…

    c'est pas les journaleux FR qui vont nous publier ca !!!!

  42. Anonyme a dit…

    Merci ;)

    Here is my web site; trading solutions

Enregistrer un commentaire

over-blog.com