Vous allez déjeuner avec un journaliste...

lundi, octobre 05, 2009 Posté par Eric Tenin

Inviter un journaliste à déjeuner - ou a petit-déjeuner - fait partie du passage quasi obligé de la relation média. Cela permet de se rencontrer sur un terrain neutre et convivial et surtout d'entamer une relation. Ce rite est assez codé et je vous conseille de suivre plus ou moins « l’étiquette » pour obtenir les meilleurs résultats. Voilà en gros comment ça se passe dans 90% des cas. Un rendez-vous est pris pour 13 heures dans un restaurant "in" du moment, de préférence dans le centre-ville (par exemple le 8ème à Paris) ou à proximité de la rédaction. « L'annonceur », c'est à dire la société qui a suscité ce rendez-vous, représentée en général par le directeur de la société flanqué d’un de ses lieutenants et/ou de son attaché(e) de presse ou de son responsable de la com - arrivent toujours un peu en avance et attendent patiemment le journaliste. Lorsqu'il se présente, on échange quelques mots insignifiants (le temps, la circulation, la difficulté à se garer, la conjoncture...) histoire de briser la glace puis le journaliste sort son petit carnet histoire de montrer qu'il va prêter attention à ce que vous allez dire. Il est généralement de bon ton de ne pas entamer les hostilités avant que les commandes soient prises. A peine le serveur a-t-il tourné les talons que le journaliste lance un « alors, dites-moi tout ». C’est à vous de jouer… Voici en trois étapes mes conseils pour tirer le meilleur profit d’un déjeuner avec un représentant de la presse ; il faut soigner non seulement le « pendant » mais également le « avant » et « l’après ».


Avant le déjeuner
- La veille, confirmez par mail la date, l'heure, l'adresse du restaurant, le nom sous lequel la table est réservée
- Donnez un numéro de téléphone mobile à joindre au cas où
- Rappelez brièvement les noms, fonctions et rôles des personnes présentes
- Rappelez brièvement l'activité de la société (entre le moment où le déjeuner a été fixé et le jour J il aura oublié…)
- Préparez tous les documents à remettre et distribuez les rôles : qui va parler, quand.


Une fois arrivé au restaurant
- Exigez une table calme et assez isolée. Inutile que tout le monde profite de votre conversation
- Indiquez à l'accueil du restaurant que vous attendez un invité qui ne vous connaît peut-être pas et qu’il se présentera sous le nom de / ou qu’il mentionnera le nom de votre société
- Envoyez un SMS au journaliste disant : « Nous sommes à la table [près de fenêtre à droite], à tout de suite. »
- Au bout d’un quart d’heure de retard, appelez pour savoir où il se trouve…


Pendant le déjeuner
- Faites les présentations d’emblée, indiquez brièvement qui fait quoi, et la raison pour laquelle vous avez souhaité rencontrer le journaliste (préparez bien cette phase elle est cruciale car elle permet d’aiguiser l’appétit de votre interlocuteur – et je ne parle pas de nourriture…). Par exemple « nous sommes sur le point d’annoncer un nouveau produit qui s’adresse aux [la cible que vise le support du journaliste] »
- Passé la présentation, n’attaquez pas bille en tête. Le but n'est pas de tout raconter pendant la rencontre, mais de pitcher et d’installer une relation personnelle avec le journaliste. La suite se passe entre « techniciens de l’info » (votre agence de RP, un ingénieur de votre boîte, et chef de produit… ou vous, si vous êtes un peu tout ça !) comme dans les rencontres au sommet !
- Commandez vos plats en premier, d’un air décidé (vous avez eu le temps de faire votre choix, puisque vous êtes arrivé en avance !) histoire de montrer au journaliste qu’il peut « taper » n’importe où dans la carte (l’usage veut cependant que l’on évite les plats les plus chers.)
- Dites que tout ce qui va être dit se trouve dans le dossier de presse et remettez-le avant de commencer à faire votre pitch (le journaliste restera ainsi concentré sur ce que vous direz et il ne se servira du dossier que pour prendre des notes complémentaires).
- Evitez les présentations Powerpoint… Je ne sais pas vous avez déjà déjeuné un œil rivé sur un Powerpoint et l’autre sur votre assiette, mais ce n’est guère pratique !
- Evitez le « ping pong ». Comme signalé au point précédent, il est très important de distribuer les rôles pour éviter que chacun essaie d’en placer une dès qu’il peut pour être cité dans l'article...
- D’une manière générale suivez les consignes habituelles que j’ai déjà données concernant les interviews (c’est et ).


Après le déjeuner
- Renvoyez le jour même par email un récap de la conversation (que vous aurez préparée avant et que vous pouvez compléter le cas échéant avec quelques informations du jour).
- Donner les informations que vous avez promises pendant l’échange (une part de marché, un chiffre issu d’une étude, l’adresse d’un site web…)
- Ne considérez pas que votre travail s’arrête là ! Un déjeuner, c’est un peu comme un salon ; c’est le traitement post événement qui fait toute la différence. Relancez le très vite, tant que le déjeuner est encore présent dans sa mémoire…
  • Digg
  • del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Yahoo! Buzz
  • Technorati
  • Facebook
  • TwitThis
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google
  • Reddit
  • Sphinn
  • Propeller
  • Slashdot
  • Netvibes

6 comments:

  1. GildasPF a dit…

    Je demande aussi souvent au journaliste s'il a des préférences alimentaires. Ou alors de façon plus délicate, je lui propose un restaurant afin de voir si la carte lui convient. On ne sait jamais.

  2. Daniel a dit…

    En pratique, voici un autre billet qui montre les erreurs à ne pas commettre http://is.gd/42kNM

  3. Eric Tenin a dit…

    @Daniel. C'est excellent (allez lire le billet publié sur le site de 3D communication, c'est vraiment ça.

    J'y ai laissé un commentaire pour dire que ce récit décrit parfaitement la situation et que ce qui était “grave” c’est que l’on comprend que ni la journaliste, ni Edouard n’ont préparé leur rencontre. Personne ne sait exactement ce qu’il vient faire…

  4. josh a dit…

    Bonjour
    Merci pour cet article très intéressant.
    Concernant l'addition, est-il préférable d'inviter le journaliste?
    Cordialement

  5. Eric Tenin a dit…

    @Josh. La règle est que c'est celui qui sollicite le rendez-vous qui paye l'addition... C'est donc rarement le journaliste qui paye !

  6. Anonyme a dit…
    Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

Enregistrer un commentaire

over-blog.com